7ALimoges

Le tango argentin, une danse et un art de vivre

Durée : 3min 59sec | Postée : 09/09/2016 | Chaîne : Culture festivité
Partager | Exporter | Notez

Le tango argentin est une danse élégante, féline et sensuelle où le couple étroitement enlacé, les jambes entremêlées, ne se regarde jamais et glisse véritablement sur le sol en balançant d'un pied sur l'autre.
Pour apprendre le tango argentin, l'association Tango à Vivre propose, depuis 19 ans à Limoges, des cours tous niveaux ainsi que des stages avec de grands maestros renommés.
L'association organise chaque année un grand festival de tango argentin.
Démonstration.
+ d'infos ici



1.Posté par RAFFAULT le 10/03/2017 10:46
Quant à mon expérience, tout à fait personnelle, qui n’engage que moi, voilà ce que j’ai vécu en été 2014, incroyable mais réel.

Je dis et répète, ce n’est que mon avis et que mon expérience.

1er : Un bon parquet sur lambourdes.
2ème : Une bonne sono afin d’avoir une excellente écoute.
3ème : Une salle de danse chaleureuse ou on se sent très bien.
4ème : des danseuses et danseurs qui possèdent l’esprit du Tango Argentin, (très ouvert, souriant et sans complexe)

Avec cet amalgame, la chimie prend forme dans la conscience et pour en arriver dans l’inconscience, ensuite le subconscient et le subliminal prennent le dessus.

Je ne suis qu’un tout petit danseur et pourtant, j’ai changé de Planète. Je me suis retrouvé au Paradis, et ça pendant 2 heures 30 mn. Il est vrai, qu’il y avait des couples de danseurs d’exception, nous étions à peu près 24 personnes soit 12 couples dans une salle de 60 à 70 M2.

La musique avait commencé par remonter dans mes pieds pour atteindre le plexus nerveux, les femmes sont venues m’inviter, ensuite j’ai cru que j’étais ensorcelé, hypnotisé, mes pieds, puis mes jambes étaient un instrument de musique, mes épaules un autre instrument de musique, les femmes étaient des poupées récalcitrantes avec du caractère, les partenaires étaient les cordes d’un violon. J’étais dominé, subjugué, envouté.

L’adéquation était d’une telle sorte, qu’encore à ce jour, plus j’y pense et moins je comprends, je me demande si je n’ai pas rêvé, et pourtant je n’ai pas rêvé.

La concordance n’était pas une chimère, je me suis retrouvé en résonnance avec mon entourage en ce dimanche après-midi, j’ai mouillé la chemise, le pantalon, le slip, les chaussettes, quand ma fille m’a récupéré le soir vers 19 heures, elle se demandait qu’est-ce qui m’était arrivé.

Depuis, j’ai rencontré des personnes qui ont eu la même faculté sensorielle, y’en a qui parcourent l’Europe, d’autres arpentent le Monde, ils sont devenu dingues, c’est une drogue.

Je sais que vous pouvez me prendre pour un malade mental, peut-être un peu fou, seul, Franco m’a cru car je pense qu’il a vécu cette aventure, puis il m’a dit : tu tiens le bon bout et ce n’est que le commencement, tu ne trouveras jamais la fin, il n’y en a pas.

C’est inexplicable, je considère qu’il faille avoir eu cette expérience pour comprendre.

Je souhaite à toute les Tanguéras et à tous les Tanguéros qu’ils puissent connaitre la même chose, ce n’est pas de la Valse de Vienne, ni du Folklore, ce n’est pas comparable, aucune autre danse a la possibilité de donner les mêmes sensations, sauf peut-être, la danse de théâtre !

Dans le but d’arriver à la 5ème dimension par le ressenti de la musique, là, on souhaite que la découverte ne s’arrête jamais.
C’est le frisson de la peur pour arriver à la volupté, le rêve devient réalité il y a la transmission de pensée à l’instant T, je sais de quoi je parle, je l’ai vécu.

Le tango est inspiration, il est une vie et des gens …
Le tango a une attente et un désir, mais aussi une luxure et une frustration…, il se défend et se livre, il est une imagination, un rêve, un cauchemar et sentier semé de plaisir.
Le tango ce sont ceux qui ont entendu qu’il ne dépend pas de celui qui danse, mais du moment partagé, là dans la milonga, c’est l’instant présent.
La partenaire de danse dans le Tango Argentin :

Aussi doué que soit le danseur, même s’il connaît tous les secrets de la danse, s’il n’a pas une femme dans l’art de l’accompagner, il ne peut communiquer le message tanguéro aux yeux des autres. Il dansera, mais sans éloquence. Il dansera sans transmettre l’émotion, le frisson, sans communiquer ; il dansera en passant par les formes creuses et vides de la danse.

Mais si celle qui partage sa danse embelli les mouvements, se glisse avec une exactitude mathématique, conjugue les phrases, tourne, pique, accumule les sensations, se présente en se déplaçant avec une élégance naturelle qui frise la perfection ; elle partage la communication. Elle ajoute une dose d’émotion et de théâtralité pour faire du couple une force représentative d’art et de beauté.

C’est lorsque le tango dansé s’élève et que le duel se matérialise de cette manière que les danseurs deviennent inséparables l’un de l’autre. Ils se fondent en un seul être au regard du spectateur.

Au cours de la danse, c’est la danseuse qui fabrique les arabesques, les fioritures ainsi que les mouvements qui embellissent le tango. Le danseur ne s’en charge que très rarement. Les véritables danseuses ont développé un sixième sens qui leur permet d’exécuter n’importe quel mouvement en cas d’erreur. Elles couvrent l’erreur spontanément sans que le spectateur ne puisse déterminer qu’elle se soit produite.

La danseuse a la place la plus importante dans le couple parce qu’elle doit accompagner les mouvements qui sont parfois créés sur le moment et cependant accède à la plus haute expressivité lorsque la danse est « carrée » c’est-à-dire lorsqu’elle marche avec des pas de même longueur, en sachant exactement où est son corps et où est le temps.

Puisque le tango n’a ni trame, ni chorégraphie prédéterminée, la danseuse doit avoir l’intuition du mouvement qu’exécute le danseur et l’accompagner avec exactitude, sans efforts apparents. Après un long apprentissage de la danse, la danseuse doit passer du temps pour acquérir une expression mure. Il faut pratiquer constamment pour arriver à conjuguer la cadence avec le rythme ; l’élégance avec la grâce ; élément fondamentaux pour parvenir à l’apogée dans le danse. Laissons ces danseuses racées auxquelles les Dieux ont accordé toutes les conditions naturelles requises pour sortir du lot. De même, elles doivent travailler en s’entraînant. Cependant, le tango ne leur a pas donné la place qu’elles ont en réalité.







L’expérience d’une femme ci-dessous.
L'orgasme du tango arrive quand je ne fais qu'un avec mon partenaire et la musique. Il me faut pour cela être relâchée, connectée, ancrée à la terre, libre de mes mouvements, fièrement placée sur mon axe dynamique, une reine du bal, que je puisse atteindre les célestes jouissances que me promet le tango, que je puisse tomber, évanouie, des frissons dans le creux de la nuque, des flammes dans les reins, à la fin d'un tango où mon assassin de danseur me fera boire sa petite mort.
Un tango se place entre la scène extra-conjugale et la scène d'un meurtre, c'est une passion, une aventure qui commence comme un matin de printemps, une histoire courte, qui peut devenir aussi intense que malheureuse, une tromperie, un peu de violence, beaucoup de jalousie, un amour qui finit mal, aime-moi comme je te déteste, et nous serons deux à vivre la même chose, harcèle-moi, mais reste romantique, ce théâtre où tous les fantasmes sont permis, mais jamais touchés du doigt, l'expérience d'une simulation: le viol de mon coeur, la chance d'être une femme.
L'homme propose des figures, des positions, je dispose d'eux pour stimuler ma libido, tel est l'espace social du bal, un lieu de sûreté où nos loups d'hommes resteront doux comme des agneaux dans l'enceinte de la milonga!
"Le tango est l'expression verticale d'un désir horizontal."


En oblique, j’y adhère à 100%, sans cette concentration des moyens, c’est impossible, l’envoûtement ne se fera pas, le frisson ne viendra pas.
J’ai dit.

A bientôt,

Très amicalement et affectueusement.
L’Jacky.


Nouveau commentaire :